Le Programme 2018 pour la Birmanie

Le programme 2018-2019 a permis de doter 3 organisations birmanes de compétences numériques et ainsi d’augmenter l’impact de leurs efforts de consolidation de la paix. Ce programme a été financé par Danmission et par la fondation PeaceNexus.

Écoutez les participants parler de leur expérience

Les Équipes du Programme

Karen Peace Support Network

Le Karen Peace Support Network agit avec les organisations membres de son réseau pour promouvoir une paix durable en Birmanie, en particulier en travaillant dans le Sud-Est du Pays et à la frontière thaïlandaise avec les communautés ethniques karènes. Avec ses membres, le réseau KPSN tente de renforcer les capacités locales, de favoriser un développement pacifique et de se faire le porte-parole d’une paix durable.

En tant que participant au programme Build Peace, KPSN a réalisé un projet de vidéo participative sur la frontière birmano-thaïlandaise explorant le défi persistant que pose le déplacement de populations. Travaillant de concert avec des communautés déplacées de chaque côté de la frontière, ainsi qu’avec plusieurs jeunes de Yangon, KPSN a formé 16 jeunes âgées de 16 à 25 ans sur les techniques de réalisation de vidéos participatives. 

Les participants ont été formés à tous les aspects de la réalisation vidéo, de la rédaction de script au tournage, en passant par l’édition. Deux courts-métrages entièrement réalisés par le groupe ont ainsi émergé de cette collaboration, sur le sujet de l’éducation et des réfugiés. Le groupe a ensuite continué son travail pour réaliser un nouveau film, plus long, à différents endroits de la frontière. Pour la Journée Mondiale des Réfugiés, KPSN a pu diffuser la vidéo à un public de plus de 400 personnes de chaque côté de la frontière, ainsi qu’en ligne. La vidéo participative fait maintenant partie des techniques classiques qu’utilise le réseau pour des projets d’émancipation locale et de plaidoyer.

Myanmar ICT for Development Organization

La Myanmar ICT for Development Organization (MIDO) promeut l’utilisation de la technologie pour le changement social en Birmanie, ainsi que l’éducation au numérique et aux médias à travers différents programmes.

En tant qu’équipe du programme Build Peace, MIDO a conçu et lancé un chatbot Facebook pour promouvoir l’éducation aux médias en Birmanie. Dans un contexte où l’inéducation aux médias est intimement liée aux conflits intercommunaux et où la mésinformation contribue à un accroissement de la polarisation et des divisions, le chatbot de MIDO fournit du contenu de grande valeur, d’autant plus durant la période pré-électorale de 2020. Le chatbot offre trois fonctionnalités aux utilisateurs : une sélection de cinq modules d’éducation aux médias, assortie d’une série de quizz, ainsi que l’option de soumettre une information à un processus de vérification par l’équipe MIDO. Lors de son lancement pilote, entre août et octobre 2019, le chatbot a été utilisé par 768 individus. Son lancement public eut lieu en novembre 2019, et MIDO continue depuis de promouvoir son chatbot et d’en recueillir les avis dans une optique d’amélioration continue et d’expansion du produit durant l’année à venir. MIDO a déjà sécurisé les fonds lui permettant de maintenir le chatbot.

SEED for Myanmar

SEED for Myanmar cherche à éduquer, émanciper et impliquer la jeunesse de l’État birman de Môn et ses alentours. Leurs projets visent à accroître le rôle de la jeunesse dans des processus de développement économique, de paix et d’éducation. 

En tant qu’équipe du programme Build Peace, SEED for Myanmar a lancé, sur Facebook, une campagne menée par les jeunes intitulée « Imagination Commune », encourageant la jeunesse à imaginer un futur positif, pacifique et prospère pour l’état de Môn. SEED a ainsi formé 167 jeunes à la réalisation vidéo et à la diffusion de messages positifs, préalablement à la soumission par ceux-ci de courtes vidéos décrivant les défis locaux et leurs visions pour leurs villes. En complément de cette campagne, SEED a également collaboré avec 28 jeunes sur la communication non-violente. La page Facebook sert aujourd’hui de plateforme pour la diffusion et le partage de ces vidéos et d’espace de discussion pour la jeunesse sur les défis communs. SEED a utilisé cette campagne comme point de départ d’une implication accrue de parlementaires et de décideurs, faisant ainsi entendre la voix de cette jeunesse et augmentant son influence. La campagne devrait continuer et s’étendre à d’autres zones géographiques, au-delà du seul état Môn, afin d’agrandir cette communauté prometteuse de jeunes citoyens engagés. Dans le cadre de cet effort, SEED a récemment organisé un « Festival des futurs » à Mawlamyine. L’évènement a rassemblé 173 jeunes, invités à réfléchir sur une vision commune du futur et à discuter des défis qu’ils doivent surmonter ensemble.